Si certains d’entre vous lisent ce blog depuis ses débuts (il serait d’ailleurs intéressant de recueillir plus de commentaires de votre part), vous avez certainement du remarquer un ralentissement de rythme d’écriture. Ca n’est pas que l’envie disparaisse ou que le blog se meure. C’est tout simplement que je n’ai pas suffisamment de temps pour tout faire. Mais je vais continuer, ne serait-ce que parce que j’aime ça.

Chronique publiée le 04 février 2005
par