Il y a quelques semaines, je me suis penché sur Global Garden après avoir lu un article dans Le Virus Manga. Ayant toujours beaucoup estimé le génie indéniable d’Albert Einstein, j’ai voulu en savoir plus.

L’histoire débute ainsi par une scène où le maître discute avec deux enfants, Harushi et Hikaru, du passé et du futur, de la relativité et de la mort qui le guette. Il leur transmet alors deux pilules sensées ralentir considérablement le vieillissement. Car ces enfants sont capables de lire le futur de l’humanité dans leurs rêves. Ils apprennent ainsi qu’ils doivent rencontrer Skuld, une déesse, 60 ans plus tard. Grâce aux pilules, ils resteront jeunes et pourront la retrouver à temps.

Le scénario serait relativement banal sans le caractère particulier du personnage féminin principal : Ruika, l’incarnation dans notre présent de la déesse Skuld. Malheureusement, Ruika n’a pas conscience de sa vraie nature. Pire que ça, elle se fait passer pour son jeune frère décédé devant sa mère, qui ne cesse de le pleurer depuis sa mort. A tel point, que la jeune femme commence à se transformer en homme. Hikaru va la retrouver et tenter de lui faire reprendre confiance en elle pour qu’elle devienne un jour Skuld.

Le volume 3 poursuit l’histoire sur la lancée des deux premiers sans grande surprise mais de nombreuses questions restent encore posées. Qui est exactement Harushi ? Hikaru est-il un démon ? Qu’étaient ces pilules anti-viellissement ? A suivre…

Chronique publiée le 04 novembre 2004
par