Le jeudi 7 avril, j’ai eu l’occasion de visiter l’exposition Miyazaki-Moebius qui se tient jusqu’à 17 avril au musée de la Monnaie de Paris. L’exposition en elle-même n’est pas d’une qualité exceptionnelle : 6 salles regroupant, à vue de nez, une centaine voire cent cinquante dessins des deux artistes. Cependant, les oeuvres à elles seules font l’intérêt de la visite. De nombreux décors originaux ainsi que des celluloïds utilisés par MIYAZAKI Hayao et le studio Ghibli pour Princesse Mononoke, Kiki la petite sorcière ou encore Le Voyage de Chihiro parsèment l’exposition aux côtés des planches de BD de Jean « Moebius » GIRAUD et des diverses études pour le cinéma ou la télévision.

Toutefois, au sortir de cette visite, on en vient à se demander où est vraiment la légitimité d’avoir rapproché les deux hommes au sein d’une même exposition. Même si certaines influences sont bien présentes dans un sens comme dans l’autre, de nombreux rapprochements tiennent plus de la coïncidence que de la véritable émulation commune. Il est également regrettable que la communion d’esprit des deux artistes à laquelle on souhaite nous faire adhérer ne soit pas plus présente dans le cheminement offert par les lieux. Les travaux sont disséminés de part et d’autre des salles sans véritable fil conducteur. Chaque salle possède son thème mais, sans qu’il soit clairement identifié, on en vient à le deviner, voire le pressentir.

Vous l’aurez compris, c’est avec une appréciation mitigée que je suis ressorti du musée. Par chance, le catalogue de l’exposition est très bien fait avec un très grand nombre d’illustration pour un prix relativement raisonnable de 30 ?. A voir si vous êtes sur place mais qui ne mérite pas forcément tout le tapage que l’on a fait autour, même si avoir l’occasion d’admirer des originaux reste un privilège rare.

Chronique publiée le 10 avril 2005
par