Le passage à l’année 2009 est l’occasion pour les Editions AKAI d’inaugurer leur newsletter.

Cette communication nous permet d’apprendre la sortie du chapitre 2 de BloodKyu. C’est également par ce biais que l’éditeur annonce la suppression pure et simple du premier chapitre de Dotanuki (qui n’en comptait jusqu’alors que trois).

On est alors en droit de se demander comment s’effectue la sélection et le suivi éditorial des titres au sein de la maison AKAI. Cet événement, très inhabituel dans le monde de l’édition, dénote un certain manque de professionnalisme, de même que la façon dont l’annonce a été rédigée : « Alors on l’a zapper. » Un style on ne peut plus familier, sans même parler des fautes de grammaire et d’orthographe. Difficile en voyant cela d’être convaincu en tant qu’annonceur professionnel de la pérennité de cette structure et de la pertinence d’investir dans une aventure pourtant vouée à être financée par la publicité.

Dernière inquiétude, la date du 5 février prochain a été évoquée pour la distribution initiale des premiers volumes reliés (en corrélation semble-t-il avec le festival Paris Manga 7). Or, le troisième chapitre de BloodKyu n’est prévu qu’à la date du 20 février et le « nouveau » troisième de Dotanuki pour le 15 janvier. Au mieux, le premier tome relié estampillé AKAI contiendra 150 pages de dessins (3 + 2 chapitres x 50 pages)… déjà diffusés.

Avez-vous lu les manga AKAI ? Qu’en pensez-vous ? Nous attendons votre avis.

Chronique publiée le 07 janvier 2009
par