« Quand un démon parie avec une déesse, se joue le destin du monde »

Une nouvelle BD tirée de l’univers de DOFUS, le jeu massivement multijoueur en Flash qui réunit 7 millions de joueurs, va paraître !

Après le manga DOFUS, dont la série s’est écoulée à plus de 250 000 exemplaires, et la BD Pandala, une nouvelle oeuvre ancrée dans l’univers de DOFUS va être publiée. DOFUS Quest 1 : les Mains d’Eniripsa s’adresse aux joueurs de DOFUS comme à tous les amateurs de beaux livres et de contes. Cette BD est extrêmement fidèle au jeu DOFUS, tant au niveau du scénario que du graphisme, ce qui en fera assurément le coup de cœur de la communauté de joueurs. Comme le jeu, la première partie de cet ouvrage a été réalisé en Flash, une rareté en BD.

« Entre BD et artbook, cet ouvrage au format 19 x 27 cm transporte les amateurs de fantasy de tous les âges, dans le monde haut en couleur de DOFUS, pétillant de magie, d’humour et de tendresse. » déclare Nicolas Devos, déjà scénariste du manga Dofus-Arena.

DOFUS Quest 1, les Mains d’Eniripsa compte l’histoire d’Elexter et Bruménie, deux jeunes guérisseurs Eniripsas, qui partent à la recherche des fleurs de Dzibi. Ces fleurs sont si puissantes qu’elles peuvent pacifier la pire des brutes. Ce que les deux compagnons ignorent, c’est que les dieux vont se mêler de leur destin ! Le démon Rushu vient de parier avec la déesse Eniripsa que les disciples de cette dernière allaient échouer dans leur quête… Nos jeunes Eniripsas arriveront-t-ils à rendre le monde des 12 beau et paisible, sans guerres, ni batailles ?

Après les pages de bande dessinée, le lecteur découvre le carnet de voyage de chaque protagoniste de l’aventure. A la manière d’un journal intime, on y apprend leurs petits secrets, non-dévoilés dans la BD. Ainsi, cette partie traitée comme un artbook enrichit l’histoire de chaque personnage.
La partie artbook se poursuit avec un chapitre intitulé Vis ma vie d’Eni, pour tout savoir ou presque sur les Eniripsas (magie, combat, inventaires d’objets, philosophie et panoplies). L’ouvrage offre aussi la postérité à des femmes Eniripsas de légende, aperçues dans le jeu DOFUS (Elya Wood) et le dessin animé Wakfu (Nauséa et Mey d’Elongrot).

Ce premier tome est le début d’une série de BD dédiée à chaque classe du jeu DOFUS.

Chronique publiée le 11 juin 2008
par